Accueil - Annonce terrain à vendre - Terrain-construction.com


PUBLICITE

 


INVESTIR ET DEFISCALISER : MODE D’EMPLOI

Réussir son investissement c’est d’abord bien s’informer.
  Entre les différentes options proposées il est souvent difficile de s’y retrouver.
  Nous allons modestement essayer d’éclairer ce chemin alambiqué et au fil de ces pages égrainer avec vous les multiples opportunités qui vont se présenter à vous.

1. Investir dans le neuf : Construire une maison destinée à la location.

Incontestablement c’est un bon plan. La demande locative en pavillon reste supérieure à la demande et les investissements d’aujourd’hui vont prendre de la valeur au cours du temps.
  D’autre part, le prix du mètre carré habitable (même s’il est variable suivant la région) est très
  Intéressant au regard des prix pratiqués dans le « clés en main ». Les frais de notaire appliqués seulement sur le terrain, une habitation à la pointe du confort et les garanties contractuelles du constructeur pour une durée de dix ans sont autant de paramètres dont il convient de tenir compte.

FISCALITE :
Si vous louez vide à titre de résidence principale du locataire, vous devrez choisir entre la fiscalité classique des revenus fonciers ou selon le régime du microfoncier.
  Si vous percevez moins de 15 000€ /an de revenus fonciers bruts, vous bénéficiez automatiquement du régime du microfoncier. Vous serez alors dispensé de la déclaration de revenus fonciers et n’aurez qu’à porter directement le montant de vos recettes sur votre déclaration de revenus. Le revenu net foncier imposable sera automatiquement calculé par application d’un abattement forfaitaire de 30% représentatif des frais occasionnés. 

2. Location meublée non professionnelle :

Fiscalement, les loueurs en meublé sont divisés en deux catégories distinctes :
  - Les loueurs en meublé non professionnels
  - Les loueurs en meublé professionnels.
  Est considéré comme loueur en meublé non professionnel l’investisseur qui n’est pas inscrit au registre du commerce et des sociétés pour cette activité ou celui qui, bien qu’inscrit perçoit de cette activité un montant de revenus annuels inférieur ou égal à 23 000 € et moins de 50% de ses revenus globaux. Les logements concernés par cette activité sont les suivants :
  - Location d’une chambre meublée ou d’une part de la résidence du propriétaire
  - La location saisonnière d’un appartement ou d’une villa traditionnelle.
  - La location de chambres d’hôtes ou de gîtes
  - La location de logements situés dans une résidence de tourisme ou de services et confiés par bail commercial à un exploitant.

FISCALITE :
  Les revenus locatifs sont alors imposés dans la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux ( BIC) et les charges occasionnées par cette activité de LMNP peuvent être déductibles des revenus de même nature.

3. Location meublée professionnelle :

Fiscalement, les déficits occasionnés par l’activité de loueur en meublé professionnel sont imputables sur la totalité de vos revenus. Si vous optez pour un tel régime, vous serez tenu de vous inscrire au RCS et vos revenus locatifs annuels devront dépasser les 23 000€.
Ce montage intéresse en particulier les contribuables très fortement imposés et disposant d’une bonne situation financière. En effet il vous sera nécessaire bien souvent , de réaliser l’acquisition de plusieurs logements.

FISCALITE :
  Avec le statut de LMP il vous sera possible d’imputer le déficit lié à votre activité de loueur sur votre revenu global. De plus, vous pourrez être exonéré d’impôts sur les plus values dés lors que vous exercez votre activité depuis au moins cinq ans et si vos recettes n’excèdent pas 250 000€ ttc.
  Enfin, si vous optez pour une acquisition dans une résidence avec services il vous sera possible de bénéficier du remboursement de TVA ayant grevé votre acquisition.